Connaitre son corps

Connaitre son corps

Qu’est ce que la composition corporelle ?

La Bio-impédance (BIA) est une technologie connue depuis 1940 pour mesurer la composition corporelle de manière non-invasive et indolore. Elle consiste à mesurer la résistance du corps à un courant électrique alternatif de faible intensité (de l’ordre du milliampère) et à mesurer l’opposition des tissus au passage de ce courant : l’impédance. Le corps humain étant composé de différents tissus (eau, protéines, minéraux et graisses) n’ayant pas la même conductivité électrique, la bio-impédancemétrie permet de mesurer de façon précise la présence de ces différents éléments dans le corps humain.

En pratique, l’analyse de la composition corporelle par bio-impédancemétrie permet d’évaluer la masse maigre, la masse grasse et la quantité d’eau dans le corps. Ces mesures peuvent être comparées aux normes établies pour chaque type de population (caucasienne, africaine, asiatique….) et permettent ainsi d’apprécier le bon état nutritionnel de l’individu et de surveiller sa progression vers une meilleure santé.
Selon plusieurs études, le ratio entre la masse musculaire et la masse adipeuse est un facteur important à considérer pour prévenir plusieurs problèmes de santé tels l’hypertension, le syndrome métabolique (gras abdominale), l’ostéoporose, les maladies cardiovasculaires, le diabète, la fatigue, etc.

Aujourd’hui, la technologie BIA fait une percée significative dans les domaines de la santé, de la nutrition, du sport, de la remise en forme ainsi qu’auprès du grand public.

La Bio-impédancemètrie est l’outil privilégié dans les domaines de la santé et du sport, elle été utilisée pour la préparation des astronautes, le suivi médico-sportif, les centres de soins, les centres de remise en forme ou les cliniques spécialisées dans le traitement du surpoids.
Les diététiciens vont utiliser la Bio-impédance afin d’établir des programmes nutritionnels adaptés et personnalisés.

Le corps humain est composé de différents éléments. La mesure du poids ne prend pas en compte ces différences. Par exemple, deux personnes de même poids ont souvent une répartition entre masse grasse et masse musculaire très différente. Le bien être et la performance sportive seront donc différents.

Indices mesurés

1-Indice d’activité métabolique : un indice élevé étant signe d’une activité métabolique élevée, il peut être augmenté en améliorant l’hygiène de vie générale : l’alimentation, la pratique d’une activité physique, la qualité de sommeil et en diminuant l’impact du stress du sujet.

2-Masse Cellulaire Active (Leweling) : cette masse représente la quantité de cellules ayant une forte capacité d’échange cellulaire, donc reliées à leur disponibilité durant l’exercice physique.

3-Masse Cellulaire Active (Kotler) : cette masse est directement reliée aux cellules riches en potassium, directement mises en jeu lors de l’effort, donc directement relié au niveau de performance et à l’activité physique.

4-Contenu Protéique Corporel (CPC) : notre hypothèse est qu’un apport quantitativement riche en tout type de protéines (animales et végétales) tendrait à augmenter le Contenu Protéique Corporel.

5-Contenu Protéique de Masse Cellulaire Active (CPMCA) : un apport diversifié en protéines (animales et végétales) tendrait à augmenter le Contenu Protéique de la Masse Cellulaire Active.

6-Masse Grasse : des conseils nutritionnels et d’activité physique peuvent être dispensés au sujet, de façon personnalisée, dans le but d’atteindre un taux compris dans l’intervalle idéal qui lui est associé.

7-Contenu Minéral Osseux : un apport riche en Calcium solide et liquide (produits laitiers, sardines, saumon, volaille, poids cassés, sésame, fruits secs, eaux minérales…) et en Vitamine D (poisons gras : saumon, thon, maquereau, sardine, flétan, volaille, foie, produits laitiers, oeufs…) permettrait d’augmenter le Contenu Minéral Osseux.

8-Masse musculaire : cet indice peut être augmenté en effectuant un travail de renforcement musculaire ou de musculation ciblée, combiné à un apport protéique adéquate.

9-Hydratation corporelle : afin d’optimiser l’hydratation corporelle, il peut être conseillé de consommer 1,5L à 2L répartis de façon équitable sur la journée, de varier l’apport en fruits et légumes, de varier les eaux de boissons (plate, gazeuse et du robinet).

10-Hydratation de la masse non grasse : cet indice varierait en fonction de l’apport hydrique autour de l’effort (avant, pendant, après).

11-Concentrations ioniques en potassium et sodium : afin d’optimiser ces taux ioniques, il pourrait être intéressant de varier les apports hydriques en s’appuyant sur la composition des eaux et boissons consommées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *